S'inscrire
Skype : gazou1551

Dangers et bienfaits de la respiration profonde ? Interview Loris Vitry

Respiration

Bonjour Loris, merci de m’avoir accordé cette interview.

Bonjour, Katibel, c’est un grand plaisir, merci à toi de permettre ce partage.

Peux-tu me dire en quelques mots qui tu es ?

Je m’appelle Loris Vitry, je suis originaire de l’île de la Réunion où je vis actuellement.


Je suis auteur de plusieurs livres (ebooks), webmaster de plusieurs sites (dont lorisvitry.com), mais surtout je suis passionné par le domaine du bien-être. Tout mon intérêt se porte essentiellement sur la respiration qui a selon moi et selon bien des traditions, des pouvoirs d’autoguérison et de sublimation incroyables.

Qu’est-ce qui t’a amener à la respiration intermittente ?

La respiration intermittente est un terme que j’ai inventé pour nommer la méthode complète de respiration que j’ai créée. Cette méthode s’inspire non seulement du pranayama (exercices de respiration du yoga), de la respiration taoïste, mais aussi de la méthode Buteyko, une technique de respiration russe.

La respiration intermittente est l’essence même de ces 3 méthodes et de bien d’autres. La respiration intermittente est simplement le fait d’insérer des pauses respiratoires ou rétentions du souffle dans notre processus de respiration naturel.

Le terme de respiration intermittente m’a été inspiré du jeûne intermittent dont je suis un adepte. Le jeûne intermittent est un outil qui permet de jeûner un peu plus entre chaque repas. Par exemple, si on n’a pas faim le matin, on saute le petit déjeuner. Si on a pas faim le soir, on saute le dîner. L’essence même du jeûne intermittent est d’écouter précisément son corps et de manger uniquement quand on a faim.

Après avoir pratiqué le yoga, la respiration taoïste, la méthode Buteyko et le jeûne intermittent, la respiration intermittente a jailli de mon esprit et cela a donné une formation complète sur le souffle.

Depuis combien de temps pratiques-tu cette respiration ?

La respiration intermittente n’est pas une technique précise. Il s’agit avant tout d’un style de vie intégrant plusieurs types d’exercices.

Le style de vie permet d’apaiser le cerveau reptilien, celui qui gère notre processus de respiration en fonction du stress environnant. En apaisant son style de vie, on apaise la respiration.

Puis vient une quantité d’exercices qui permettent de respirer moins en intégrant des pauses/rétentions respiratoires. J’en utilise personnellement 2 ou 3, les plus simples, mais les plus efficaces. Il y a environ une dizaine de techniques exposées dans ma formation.

Il est difficile de répondre à votre question, car je pratique le yoga pranayama depuis une dizaine d’années. Cependant, j’ai arrêté complètement il y a un an pour ne pratiquer que les 2-3 exercices dont je parle. Concernant le style, c’est une évolution perpétuelle, chaque jour on affine de plus en plus, sans chercher la perfection, ce qui engendrerait une autre forme de stress…

Peux-tu nous expliquer la différence qu’il y a entre la respiration profonde et la respiration intermittente ?

C’est une très bonne question, car il y a beaucoup de flou autour de cette technique. Cette technique est enseignée sans comprendre son fondement même.

La respiration profonde vient du yoga et plus précisément du pranayama, mot désignant toutes les techniques de respiration yogique. Un des exercices de base est l’allongement du souffle, ce qu’on appelle la respiration profonde en accident. Dans le yoga, cet allongement de la respiration a 2 objectifs très précis.

Le premier est l’étirement progressif du diaphragme qui est le muscle responsable de la ventilation pulmonaire. C’est aussi un muscle sensible aux émotions. C’est une des zones préférées du corps pour somatiser les chocs émotions. Au fil du temps, le diaphragme devient tendu, ce qui entraîne de nombreux troubles tels que les douleurs au milieu du dos, un dos voûté vers l’avant, une difficulté à respirer, une sensation d’oppression au niveau de la poitrine, un nœud au ventre ou dans la gorge, etc. Les impacts d’un diaphragme noué sont innombrables. L’allongement du souffle va donc permettre d’étirer ce muscle crispé.

Le deuxième objectif est sans doute le moins connu, mais le plus essentiel. Il s’agit pourtant de la base même du yoga, l’essence ultime du pranayama. Celles sont résumés dans les plus grands textes du yoga, dont voici un extrait : « Pranayama [the main breathing exercise in yoga] is the cessation of inspiratory and expiratory movements. » C’est la phrase principale des yogas sutras de Patanjali, l’un des textes les plus importants du yoga qui dit que le pranayama est l’arrêt de la respiration. Je n’exposerais tous les textes, on peut les retrouver dans mon ebook sur la respiration intermittente. Concrètement, l’essence même du yoga est de respirer moins jusqu’à, pour les yogis les plus accomplis, ne plus respirer. Dans le yoga, on sait que plus la respiration est calme plus le mental est calme. C’est l’objectif absolu ! Une respiration calme c’est surtout une ventilation moindre, c’est-à-dire respirer MOINS.

Autant le premier objectif est atteint avec la respiration profonde occidentale, autant le deuxième est complètement oublié. On se retrouve avec des gens qui utilisent la respiration profonde comme un exercice d’hyperventilation. Plutôt que de respirer moins, de plus en plus subtilement, on assiste à des inspirations et des expirations intenses qui les font respirer de PLUS en PLUS. L’opposé même du yoga… Cela engendre un déséquilibre dans le processus de respiration (oxygène/dioxyde de carbone) qui va avoir des effets négatifs à moyen long terme.

Attention, je ne dis pas que la respiration profonde est mauvaise. Je dis que mal pratiquée, elle devient négative ! Bien pratiqué, c’est un outil fabuleux. Pour savoir si on réussit l’exercice, il faut reprendre les bases du yoga.

D’une part, on comptera les temps d’inspiration et d’expiration pour arriver à un ratio de 1 temps d’inspir et 2 temps d’expir. Concrètement, si j’inspire sur 3 secondes, j’expirerai sur 6 secondes. Durant l’exercice, je cherche le ratio qui me convient parfaitement. Cela peut être 3/6 ou 10 secondes d’inspir pour 20 secondes d’expir.

D’autre part, on veillera à se placer au palier qui nous fait ressentir un manque d’oxygène. À la fin de l’expiration, on devrait ressentir un léger manque d’oxygène. Cela indique bien que nous respirons de moins en moins et que nous repoussons nos limites physiologiques.

Ratio 1 pour 2 et léger manque d’oxygène en fin d’expiration, voilà les 2 indicateurs d’une parfaite respiration profonde.

Quels bienfaits peut-on retirer de cette respiration ?

La question devrait être : quels bienfaits peut-on retirer du fait de respirer MOINS ? Pourquoi tous les yogis cherchent constamment à ralentir voir arrêter leur respiration ? C’est très simple à comprendre.

Moins on respire, plus le dioxyde de carbone CO2 s’accumule dans le corps. Plus on respire, plus le  CO2 est évacué. Le CO2 est la variable la PLUS importante dans la respiration. En effet, la saturation d’oxygène dans le sang est toujours maximale, que vous soyez jeune ou vieux, apaisé ou stressé, au repos ou en plein effort physique, bref la saturation d’O2 dans le sang reste toujours maximale. On peut le vérifier soi-même grâce à un oxymètre. Par contre, comme je le disais, la pression en CO2 varie souffle après souffle. Tous les pratiquants de techniques de respiration cherchent en réalité à augmenter leur concentration en CO2, car tous les bienfaits lui sont attribués.

J’explique tout cela en détail dans ma formation. D’ailleurs, vous pouvez même accéder au premier module gratuitement. Pour résumer, le CO2 a 3 bienfaits majeurs : oxygénation, dilatation et sédation. Plus il y a de CO2 dans le corps, plus celui-ci s’oxygène, se dilate et s’apaise.

Le CO2 attire l’oxygène à lui. Plus une cellule est active, plus elle produit du CO2 et plus elle attire à elle de l’oxygène. Ce phénomène porte un nom scientifique : l’effet Bohr. Cela explique les bienfaits de l’activité physique par exemple.

Le CO2 a un effet vasodilatateur. Plus un corps est actif, plus il se dilate pour améliorer la circulation sanguine, celle de la lymphe ou encore celle de l’énergie vitale subtile.

Enfin, le CO2 a un effet sédatif. Plus un corps produit du CO2, plus ses cellules sont apaisées. Le CO2 a un effet calmant puissant sur l’ensemble des cellules du corps. Cela explique par exemple pourquoi l’esprit se calme pendant la méditation. Ce n’est pas la méditation elle-même qui calme le mental, mais plutôt le ralentissement de la respiration qui va permettre d’accumuler de plus en plus de CO2 et ainsi de créer un effet sédatif global.

Les bienfaits de la respiration intermittente sont donc les bienfaits d’une bonne concentration en CO2.

Peux-tu nous dire en 2 mots en quoi consiste la respiration intermittente ?

En deux mots : respirer moins.

As-tu un dernier conseil pour mes lecteurs ?

Un de mes maîtres en respiration, le docteur et yogi Buteyko, disait : « La Respiration est si puissante qu’elle peut sublimer un Homme et lui donner des pouvoirs s’il respire bien, ou le détruire s’il respire mal ».

Selon lui, l’excès d’oxygène, causé par l’hyperventilation, elle-même causée par le stress était la cause ultime de la dégénération de la société et plus particulièrement de l’individu. C’est ce qu’on appelle en terme scientifique : le stress oxydatif.

Cela explique pourquoi les yogis et tous les grands maîtres de la respiration cherchent constamment à respirer moins. Ils veulent simplement diminuer le stress oxydatif (excès oxygène) et bénéficier des effets du CO2 (oxygénation, dilatation et sédation). Un parfait équilibre entre oxygène et CO2 permet de vivre une vie calme, sereine et emplie de joie.

Cela est possible dès maintenant, car chacun de vos souffles compte ! C’est pourquoi il est essentiel de comprendre la respiration et d’apprendre à bien respirer au quotidien, 24h sur 24, souffle après souffle. C’est ce que je vous propos à travers ma formation complète sur la respiration disponible ici : https://www.lorisvitry.com/respiration-intermittente/ profitez-en, le premier module est offert !

Merci pour ce partage très instructif. Belle et douce journée à tous.

Merci, Katibel pour ton accueil et ta gentillesse. Bonne régénération à tous ! Que la force du CO2 soit avec vous !

1 commentaire
  1. Merci pour l’interview Katibel 😉

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Services sur mesure

Auteure et éditrice

Danièle Galicia Danièle Galicia (nom de plume Katibel)
%d blogueurs aiment cette page :