L’importance du souffle pour notre dos

L’importance du souffle pour notre dos

Le stress nous accompagne au quotidien dans notre vie. L’importance du souffle n’est plus à démontrer. Lorsque le stress émerge, il est important de savoir le reconnaître et d’agir de la bonne façon pour éviter qu’il n’affecte non seulement notre esprit, mais aussi, à la longue, notre corps…

Lorsque nous sommes stressées, la conscience que nous avons de notre propre corps est souvent fortement réduite, car notre esprit est noyé dans une activité cérébrale parasitaire intense.

Dans le but de mettre un terme à la montée du stress et afin d’éviter que cela impacte notre organisme et notre dos, il est important de rétablir une bonne conscience de notre corps.

Avec le stress, notre respiration s’accélère et devient plus superficielle. Cela a pour conséquence de rigidifier le diaphragme, le muscle qui se situe entre le thorax et l’abdomen qui est le moteur principal de la respiration.

En temps normal, le diaphragme n’est pas raide, bien au contraire : il se contracte lors de l’inspiration et se décontracte lors de l’expiration.

Il ondule de bas en haut, massant ainsi les organes internes et contribuant ainsi au fonctionnement normal du corps (respiration profonde, digestion, etc.).

Au cours d’une journée, les organes avoisinant le diaphragme montent et descendent d’environ 300 à 400 mètres, soit presque trois terrains de football !

Le fait que le diaphragme se fige pendant les épisodes de stress contribue à créer une sensation de congestion et une tension douloureuse au niveau thoracique.

À la longue, cela peut inévitablement créer des maux de dos car le diaphragme a aussi un rôle clef dans la maîtrise des maux de dos.

Un diaphragme en bonne forme protégera votre dos.

En fait, le diaphragme contribue à la stabilisation de la colonne vertébrale en augmentant la pression intra-abdominale.

En position debout, la pression intra-abdominale stabilise la colonne vertébrale avec très peu d’effet de décharge.

Lorsque nous portons des objets lourds, la pression intra-abdominale crée une compensation musculaire nécessaire, qui soulage les muscles du tronc et du dos et permet une meilleure répartition de la charge.

Il est important dans ces conditions d’avoir le muscle du diaphragme correctement opérationnel et non figé pour garantir une bonne pression intra-abdominale.

Car l’importance du diaphragme est primordiale pour le bon maintien du corps.

Un diaphragme en mauvaise forme exacerbe les lombalgies.

Le manque d’activation du diaphragme peut entraîner une suractivité des muscles paravertébraux lombaires causant ainsi une hyperlordose de la colonne lombaire et/ou une inclinaison pelvienne antérieure provoquant des douleurs dans la région lombaire.

Si vous souffrez de douleurs lombaires, il est essentiel que votre kinésithérapeute évalue la façon dont votre diaphragme fonctionne.

Car l’utilisation du diaphragme en raison d’une respiration superficielle lié à un stress latent peut entraîner un resserrement du noyau musculaire du corps ainsi que des muscles du dos.

Le resserrement et le raccourcissement des muscles du dos, en particulier les extenseurs dorsaux, modifient la position de la cage thoracique, de sorte que le diaphragme ne peut plus bouger librement…

Si le diaphragme ne peut pas se dilater et se contracter complètement, les muscles du dos auront du mal à se détendre.

Au lieu que les côtes ne se dilatent et se contractent à chaque respiration, la cage thoracique se déplace de haut en bas comme une unité statique.

Ce qui peut créer un cercle vicieux, la douleur et l’anticipation de celle-ci générant du stress qui figera le diaphragme encore plus et ainsi de suite.

Il est important de briser ce cercle en apprenant à respirer.

Réapprendre à respirer

La solution est d’apprendre à respirer de manière diaphragmatique.

Au début, la respiration diaphragmatique peut sembler gênante et vous demander un grand effort de concentration.

C’est normal, car si vous n’avez pas exercé un muscle depuis un certain temps, ce muscle ne sera pas coordonné et ne sera pas familier avec l’action que vous lui demandez.

Cependant, grâce à une pratique continue, la respiration diaphragmatique deviendra de plus en plus facile et de plus en plus confortable.

En fait, une fois que vous êtes serait suffisamment habitué, vous aurez l’impression de ne pas pouvoir respirer d’une autre manière !

Mais alors peut-être que vous vous demandez comment pratiquer la respiration diaphragmatique ?

Tout d’abord, allongez-vous sur le dos sur une surface plane, ou asseyez-vous confortablement sur une chaise.

Ensuite, placez une main sur votre poitrine et l’autre main juste en dessous de votre cage thoracique, sur votre ventre. Ainsi, cela vous permettra de sentir le mouvement de votre diaphragme lorsque vous respirerez. Puis, inspirez lentement par le nez de façon à ce que votre ventre se déplace contre votre main tandis que la main posée sur votre poitrine reste aussi immobile que possible.

Lorsque vous commencez à contrôler le mouvement de votre ventre, vous pouvez commencer un nouveau mouvement.

Maintenant, lorsque vous inspirez et expirez, laissez les deux mains se lever et se coucher simultanément.

De cette manière l’expansion de votre diaphragme sera plus complète encore.

Pensez à répéter cet exercice après, par exemple, un épisode de stress important, cela vous aidera à faire revenir le fonctionnement de votre diaphragme à la normale.

Nous vous conseillons même de précéder cet exercice par une séance d’étirement du corps et de méditation pour faciliter la détente de votre diaphragme lors de cet exercice.

Pour conclure, la prochaine fois que vous avez l’impression d’avoir le souffle coupé et que vous avez mal au dos, souvenez-vous que cela peut être lié et qu’il est préférable de ne pas figer son diaphragme pour ne pas bloquer son dos.

1 commentaire

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.