Le Stress – la Maladie d’aujourd’hui… Vu sous l’angle spirituel

Le Stress - la Maladie d’aujourd’hui…  Vu sous l'angle spirituel

Le stress est un élément vital pour l’homme. Il est synonyme d’énergie, de motivation ; il est indispensable à la vie. Pour autant, le stress non géré devient toxique. L’être qui le subit souffre, car il endure une situation inconfortable par rapport à son niveau de tolérance.

arthrose-pub

L’inquiétude nourrit alors une forme d’incertitude et de doute qui le ronge et projette de terribles scénarios catastrophes. Il perd le contrôle et c’est la dépression, la souffrance.  C’est une situation de déséquilibre; il faut alors agir vite.

Cet article a été écrit par Corinne Vidor pour shelvene.com

Mais qu’est-ce que le stress négatif, comment l’appréhender à la lumière des concepts de karma ?

I – Le Stress – un état de souffrance

1.   Sentiment d’agression.

Le stress, en situation normale, nous permet d’anticiper et de prévenir un danger potentiel. Mais lorsqu’il devient anxiété, nous perdons le contrôle. Dès lors, notre mental concret – notre faculté de raisonnement – cerne les menaces pour les contrôler selon «ses» hypothèses aléatoires et c’est le cercle vicieux. L’énergie négative nous revient jusqu’à la tyrannie. Chargement en cours...

2. Manque de confiance en soi

Les personnes sujettes au stress sont des gens normaux que la société a rendus craintifs, par la perte des notions d’entre-aide, de solidarité, de bien de l’ensemble. Elle a valorisé l’égocentrisme, l’individualisme, la séparativité et la compétition entre les individus. Les stressés veulent contrôler leur futur coûte que coûte. Ils anticipent, planifient, imaginent sans cesse des scénarios. C’est la fuite en avant jusqu’à l’épuisement.

3. Cause du stress en lien avec Karma

Les stressés s’enferment dans la fatalité concrète. Ils luttent contre le stress sans en rechercher la cause profonde. Ils ne peuvent envisager qu’il existe, peut-être, «autre chose» qui gouvernerait la Vie. Y aurait-il une destinée? Le stress peut-il être un signe de Karma indiquant la nécessité d’un changement? Dès lors, le stress peut-il être considéré comme une opportunité, une occasion d’évoluer, de grandir en conscience?

lI – Le stress – un moyen d’évolution

1.   Connaître la Loi du karma

Karma

Momentmal / Pixabay

Le karma est la somme de tout de ce que nous avons généré comme énergie au cours de nos vies passées.  Dans cette perspective le stress est la conséquence de ce qui fut causé autrefois, la manifestation actuelle d’actions passées

Les personnes vivant le stress sont souvent réfractaires à cette idée.

Si elles rencontrent des blocages dans l’avancée de leurs projets (trouver un compagnon, un bon travail, avoir un enfant), s’il y a la maladie, les infortunes, la malchance, ces personnes rejettent le karma pour lui préférer la victimisation, la faute à pas de chance, à «la vie qui est injuste…»! Elles subissent leur mental qui raisonne, qui va tout expliquer et on va pouvoir se retourner quoi qu’il arrive!

Au contraire pour ne plus subir son stress, mais le gérer, le maîtriser, il est important de prendre du recul pour réajuster, rééquilibrer. C’est là qu’intervient Karma.

Dans le concept de Karma, il y a la notion de cause à effet: ce que je donne, je reçois. Donc si je donne de l’énergie négative, je la reçois en retour (le temps ne compte pas, pour le karma, je peux recevoir l’épreuve dans une autre vie).  Une pensée négative créera une énergie négative qui nous reviendra. Le stress nous prévient que quelque chose n’est pas à l’équilibre, et vous vous sentirez sous pression. Au contraire, décider de penser positif va aider votre nature à rétablir l’équilibre. Tant que nos actes ne sont pas purs, il y aura karma. Karma rééquilibre nos actions par des blocages et c’est par la prise de conscience (Loi karmique) et le dépassement que nous changeons. C’est une loi d’amour et d’évolution qui nous permet de nous adapter à notre environnement pour nous perfectionner.

2. Le choix de la guérison

Guérison

KIMDAEJEUNG / Pixabay

La guérison intervient par la prise de conscience et le lâcher-prise qui va laisser circuler l’énergie et stopper le cycle du stress en évitant toute frustration.

1. Se libérer du conditionnement.

Les stressés s’appuient sur une quantité d’idées reçues. L’ouverture d’esprit pour ces personnes est très difficile.

Pourtant, il va falloir choisir de changer, de prendre du recul. En priorité, il va falloir modifier radicalement sa façon de penser, réaliser que le stress qui nous arrive est une occasion de grandir, d’évoluer. Ce travail sur soi est à mettre en œuvre maintenant.

Le stress est une épreuve qui nous revient

  • pour devenir une personne meilleure, être vrai envers soi-même et pouvoir se regarder dans le miroir, enfin incarner ce qui nous anime, la pureté de nos pensées et de nos actes.
  • Pour voir ce qu’on fut, ce qu’on est et ce qu’on veut devenir.

2. Cultiver un état d’esprit !

Pour rompre le cercle vicieux du stress, il est impératif

– De lâcher-prise sur le contrôle, comme le fait de s’avouer perdant et admettre qu’on ne peut pas tout résoudre soi-même, ou que l’on a besoin d’aide.

– De cultiver un état d’esprit pour :

  • aller à une forme de pensée nouvelle , sans vouloir diriger ou posséder.
  • Vouloir être libre d’être qui l’on est réellement, sans être sujet au jugement ou la critique des autres.
  • Se sentir aimé pour faire ce qu’on a à faire.

En conclusion, trouver et accepter la cause de son stress au lieu de lutter contre par des  moyens détournés, c’est être en coopération intégrale avec son âme. Elle est notre conscience qui nous permet d’appréhender les notions du bien ou du mal et ne plus jouer seul à un jeu de pouvoir.

Si on cultive son âme, alors on cultive l’Amour et on coupe le cycle du stress-maladie pour développer le stress-énergie positive, source d’inspiration et de motivation, essentielles à notre survie.


Laisser un commentaire

CommentLuv badge

http://bit.ly/2zgtKAg''

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.