Hémorroïdes comment se soulager facilement

Hémorroïdes comment se soulager facilement

La plupart des gens se disent avoir souffert au moins une fois dans leur vie des hémorroïdes. C’est donc un problème très courant.

Et au-delà des douleurs hémorroïdaires qui peuvent être insupportables, c’est particulièrement un sujet tabou pour la plupart des personnes. Donc comment se soulager soit même si nous avons honte de consulter notre médecin pour cette pathologie ? C’est ce que nous allons voir dans cet article…

Mais avant, les hémorroïdes c’est quoi exactement ?

Les hémorroïdes sont simplement des veines qui se trouvent à l’intérieur du rectum et de l’anus, également autour de l’anus. Ce n’est donc pas une maladie en soi.

On parle de crise hémorroïdaire (ou de maladie hémorroïdaire) quand seulement les hémorroïdes sont anormalement dilatées. Cette anomalie touche autant les hommes que les femmes. Et il existe plusieurs causes de l’apparition de crise hémorroïdaire.

Cela peut être issu d’une constipation, de problèmes de circulation, de surpoids, du stress, de l’excès d’alcool ou d’une alimentation trop épicée. Une grossesse peut aussi déclencher une crise hémorroïdaire.

Comment se soulager des hémorroïdes anormalement dilatées ?

Hygiène et médicaments classiques

  • En cas de crise, il faut avoir une très bonne hygiène de la zone anale. Pour cela, il faut bien sécher la peau après chaque défécation ou après chaque douche. Il ne faut surtout pas utiliser du savon parfumé, ni du gel douche, mais de l’eau seulement.
  • Après chaque selle, il ne faut surtout pas s’essuyer avec du papier toilette. Il faut plutôt privilégier des lingettes pour bébé en tamponnant délicatement la zone douloureuse.
  • Pour soulager les douleurs et avoir une hygiène irréprochable de la zone anale, il est bien de faire des bains de siège. Et il faut les faire avec de l’eau froide, même très froide si possible. En effet, cela permet de bénéficier des propriétés anesthésiantes du froid.
  • Pour éviter des frottements sur la zone qui fait mal, il faut porter des vêtements en coton qui ne serrent pas, donc éviter les vêtements synthétiques et serrés.

Traitements par voie orale

  • Pour apaiser la douleur, la prise de médicaments antalgiques, type paracétamol peuvent être utiles. La durée du traitement doit être de courte durée. Puis si les symptômes sont toujours présents après quelques jours, il faudra consulter son médecin traitant.
  • Les anti-inflammatoires non stéroïdiens ont une grande efficacité sur la douleur de la thrombose hémorroïdaire. Il faut les prendre uniquement sur prescription médicale.
  • Il ne faut surtout pas prendre de l’aspirine, car cela augmenterait les saignements et éviterait les spécialités avec de la codéine qui favorisent la constipation.
  • Les médicaments à usage local comme les pommades et suppositoires sans ordonnance diminuent la douleur et l’inflammation. Ils possèdent habituellement des analgésiques locaux aux propriétés apaisantes. D’autres pommades délivrées sur ordonnance qui contiennent de la cortisone sont généralement plus à visée anti- inflammatoire.
  • La prise de laxatifs peut être bonne pour atténuer les douleurs lors des selles. Mais attention ! Il faut uniquement les prendre sur conseil du médecin ou du pharmacien. En effet, ces laxatifs ne doivent pas être irritants et gênants pour la zone anale. Donc des laxatifs appelés osmotiques seront à privilégier.
  • Afin de soulager alors la zone anale et favoriser la circulation veineuse, les veinotoniques peuvent être utilisés en cure d’une courte durée.

Homéopathie

Des traitements homéopathiques existent pour les crises hémorroïdaires. Mais un médecin homéopathe doit étudier chaque patient afin que le traitement soit efficace.

Se soulager des hémorroïdes naturellement Phytothérapie

Contre la crise hémorroïdaire, les produits de phytothérapie traditionnellement utilisés dans la crise sont :

  • Avec des plantes à tanins qui améliorent la régénération des tissus s’il y a des lésions. Ces plantes ont également un effet apaisant et anesthésique local léger tout en évitant les surinfections bactériennes (Bistorte, Cyprès, Noisetier, Ratanhia, etc.).
  • Avec des plantes à action antidouleur non distinctes de la crise hémorroïdaire, mais avec une action anti-inflammatoire marquée (Achillée, Souci, Mille-feuille, Mauve, Bouillon blanc, etc.).
  • Avec des plantes regroupant un effet vasoconstricteur protégeant des vaisseaux spécifiques de la crise hémorroïdaire comme le Petit Houx, le Marronnier d’Inde ou encore le Cyprès.
  • Dans tous les cas, il faut demander conseil à son médecin traitant ou à son pharmacien avant d’utiliser une de ces méthodes naturelles.

Si le traitement médical ne fonctionne pas et si les troubles continuent d’exister, un traitement endoscopique ou chirurgical peut être proposé.

Le traitement endoscopique est composé de plusieurs techniques qui permettent de renforcer le tissu de soutien des vaisseaux hémorroïdaires (injections sclérosantes, ligatures électrique, photo ou électro coagulation,  incision de la zone avec une thrombosée, cryothérapie, etc.). Et en cas de non-résultats sur le long terme, l’opération chirurgicale consistera à enlever les veines hémorroïdaires sous anesthésie générale.

Conclusion

Même si les crises hémorroïdaires ne menacent pas la vie de la personne en question, elles sont quand même très gênantes et très douloureuses au quotidien. Elles ne sont donc pas à prendre à la légère et nécessitent un traitement adapté.

Pour cela, le patient doit dépasser sa honte et doit en parler à un médecin spécialisé, car comme nous l’avons vu, oui ils existent bien des solutions pour soulager ou éviter les crises hémorroïdaires.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.