Être trop maigre n’est pas bon pour la santé

Être trop maigre n’est pas bon pour la santé

On pense toujours aux personnes qui veulent maigrir, mais il y en a aussi qui sont trop maigres et veulent grossir. D’ailleurs, mon article le plus lu depuis sa parution est 10 règles à suivre pour être gros toute l’année

Vous pensez peut-être que ce n’est pas grave d’être trop maigre, que c’est préférable à être trop gros.

Hé non, vous faites erreur, car être trop maigre est bien pire qu’être trop gros !

Faut-il être plutôt gros ou maigre

Les personnes qui veulent maigrir sont de plus en plus nombreuses et je pense que ça ne va pas s’arranger avec le temps à cause de la malbouffe et de la mauvaise qualité des aliments.

Aux États-Unis, une étude montre qu’une personne sur deux cherche à perdre du poids. Cette folie de la minceur, voire même de la maigreur fait des ravages aux États-Unis et partout en Europe.

Savez-vous que prendre quelques kilos en vieillissant augmente l’espérance de vie. À condition bien sûre de ne pas en prendre trop.

Cette obsession des kilos en trop occulte un problème qui est pour moi aussi grave, sinon plus :

L’homme ou la femme ne sont pas attirés par les angles, les os, les tendons, la dureté… Ils préfèrent les courbes, la douceur, la chaleur, le moelleux et la tendresse des chairs !

Et pour la santé, il est bien meilleur d’avoir quelques réserves !

Les personnes un peu « fortes » ont plus de protéines et de graisses qui leur servent à lutter contre les maladies.

Votre système immunitaire est un gros consommateur de protéines. Les protéines lui servent à fabriquer les anticorps qui doivent lutter contre les microbes.

Les protéines sont aussi utilisées pour cicatriser, fabriquer des enzymes, des hormones, des acides aminés indispensables au bon fonctionnement du cerveau.

Vous vous êtes rendu compte que lorsque vous êtes malade, que vous avez de la fièvre, vous n’avez pas faim, votre corps lutte contre les microbes en utilisant les réserves. À ce moment-là, il est préférable d’avoir une bonne réserve de protéines.

Le corps des personnes qui ont des réserves se défendra mieux et obtiendra de meilleurs résultats.

Plus la maladie est grave, plus le besoin de protéines est important. Dans toutes ces situations, le surpoids est un avantage.

Les femmes font le mauvais choix

Notre société encourage la minceur et même la maigreur excessive.

Beaucoup de très jeunes femmes sont convaincues qu’elles seraient plus belles si elles avaient moins de formes. Elles cherchent à ressembler à une planche à pain.

C’est une erreur, car l’image renvoyée par le miroir ne correspond pas à la réalité, au regard des autres.

Chez les personnes âgées, l’attirance pour la maigreur est d’une maladie répandue: la sarcopénie.

La sarcopénie commence dès 30 ans, les muscles et os commencent à fondre par manque d’apport en protéines, vitamines, oligo-éléments, etc., bref de nourriture.

Les vieux médecins ne parlent pas de « sarcopénie ». Ce terme médical est récent. Il n’a été « inventé » qu’en 1989, et sa définition « officielle » date de 2010.

Ce terme était inutile avant, car les femmes n’avaient pas cette phobie de la minceur.

La sarcopénie est la baisse de la force musculaire et des performances physiques liée à la fonte des muscles et du squelette. La sarcopénie entraîne :

  • une augmentation du risque de chute,
  • un ralentissement des réflexes
  • une incapacité progressive à effectuer des gestes quotidiens et de l’exercice physique,
  • une perte d’autonomie.

Les conséquences peuvent être graves avec des accidents plus fréquents, les fractures, la perte d’autonomie, etc.

La fonte musculaire commence dès 30 ans

La fonte musculaire commence pour tous à partir de 30 ans. C’est à cet âge qu’il faut en prendre conscience et prendre soin de son corps en lui donnant une alimentation saine et en faisant de l’exercice physique.

À 50 ans, tout s’accélère

Le nombre des fibres musculaires diminue de 30 à 40 % entre 50 et 80 ans.

On est parfois surpris des changements importants qui s’effectuent sur le physique des personnes à cet âge.

Comment lutter contre la sarcopénie et la maigreur excessive

Dès 50 ans, même avant, il est indispensable de lutter contre la fonte osseuse et musculaire en veillant à ses apports en protéines.

La quantité idéale de protéines à manger est de 1,5 g par kilo, ce qui représente 90 g pour une personne de 60 kg.

Les œufs, la viande, le poisson, les crustacés, les légumes secs (lentilles, haricots, pois cassés, pois chiches), les oléagineux (noix, noisettes, amandes), le fromage et les yaourts de chèvre ou de brebis sont d’excellentes sources de protéines.

Comme dans tous les aliments, il y a de l’eau, des glucides et des graisses. Lorsque vous mangez 100g de viande, vous n’ingurgitez pas 100g de protéines.

Dans les aliments « riches en protéines » il n’y a en réalité, que 1/5 de protéines, soit 20 g pour 100g. Vous devrez donc manger 450 g par jour de tous ces aliments pour atteindre la cible de 90 mg.

Cela vous paraît peut-être excessif et vous pensez ne pas réussir à manger autant de protéines.

Pour avoir votre quantité de protéines, il suffit d’équilibrer vos repas en mangeant chaque jour un mélange équilibré des aliments en contenant (végétal/animal/œufs et laitages) et ainsi maximiser l’assimilation et garantir un apport des onze acides aminés essentiels.

Mangez des légumes et fruits frais, riches en potassium. Ils sont « basiques », ou « alcalins », et sauront compenser l’acidité produite par la digestion des protéines.

Les compléments nutritionnels

D’après le docteur Jean-Marc Dupuis, pour combattre la sarcopénie, vous devez renforcer vos os et vos muscles par un apport adéquat de vitamine C (au moins 500 mg par jour, réparti en plusieurs prises) et de vitamine D (5 000 UI par jour).

Prenez, en plus, 100 à 500 mg de leucine par jour – c’est un acide aminé qui stimule la croissance des muscles –, de la créatine, du coQ10, qui augmente l’énergie cellulaire (et donc celle des cellules musculaires).

Prenez enfin du zinc (10 à 15 mg). Vous améliorerez votre immunité et consommerez moins de protéines en cas d’infection.

Exercices physiques

L’exercice physique est indispensable pour garder ou améliorer votre masse musculaire, mais la bonne nouvelle, vous ne serez pas obligé de courir, de faire du vélo ou de nager pendant des heures et des heures.

Les études ont montré que les entraînements d’endurance (20 à 40 min, quatre fois par semaine) augmentaient le volume musculaire des personnes de plus de 60 ans. Ce n’est pas la seule solution.

Pour gagner du volume de muscles, vous pouvez aussi choisir de faire des efforts courts et intenses, répétés 6 à 8 fois : par exemple, sprinter 30 secondes, marcher 30 secondes pour récupérer, et recommencer 6 à 8 fois.

Soulever des poids 12 à 15 fois de suite, arrêter 40 secondes, puis recommencer 3 ou 4 séries semblables. Etc.

Ces exercices sollicitent énormément les muscles, même s’ils prennent beaucoup moins de temps. Ils sont adaptés aux personnes qui n’ont pas le temps, ou le goût, de faire de longues séances de sport.

On y prend du plaisir

Lorsque vous commencez votre programme d’entraînement, vous devez évidemment vous contenter d’efforts modérés. Mais, au fur et à mesure des semaines, vous pourrez vous permettre de monter en intensité : sprinter plus vite, soulever des poids plus lourds. C’est ainsi que vos muscles prendront du volume le plus rapidement possible.

Vous regagnerez votre équilibre, vous aurez à nouveau de bonnes réserves pour lutter contre les maladies (infectieuses, cancer) ou passer au-dessus de problèmes digestifs provisoires.

Votre silhouette paraîtra plus énergique, plus agréable à regarder.

Vous vous tiendrez plus droit. Votre moral, lui aussi, sera à la hausse.

Et pour celles et ceux qui n’ont jamais fait d’exercices, il est possible de commencer par des exercices très simples à faire à la maison, assis ou debout.

C’est une des choses les plus importantes que vous puissiez faire pour gagner en longévité. Alors, ne perdez plus de temps !

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.