Cycles biologiques, coordonnés par 20 000 neurones

Cycles biologiques, coordonnés par 20 000 neurones

Comment nos cycles biologiques fonctionnent-ils ? Sommes-nous conscients ou tout se fait-il sans que nous nous en rendions compte ? Décidons-nous vraiment de passer à l’action ou de nous détendre ? Les sensations de chaud ou froid, influencent-elles nos performances et notre envie de dormir ?

Quelles sont ces forces au-delà de nos corps qui sont aux commandes de nos activités biologiques et les rythment. La science quantique nous révèle ces influences invisibles qui veillent jour et nuit sur nos rythmes intérieurs et nous permettent de digérer, respirer, faire battre notre cœur sans même que nous ayons à y penser.

Les rythmes et cycles biologiques

Il n’y a qu’au moment où quelque chose ne fonctionne plus correctement que nous en prenons conscience que ces cycles existent et rythment notre vie, notre corps, notre esprit…

Nous ne choisissons pas le moment où notre cœur bat pour la première fois, pas plus que le moment où il s’arrêtera. Entre ces deux instants, la majorité des populations imagine qu’elle peut contrôler sa vie.

Il est temps de se poser cette question : si nous ne décidons nullement du début et de la fin, comment pouvons-nous décider du reste ?

Figurez-vous que des influences invisibles, que notre volonté consciente ne contrôle pas, décident de nos rythmes intérieurs sans que nous en soyons conscients.

 99 % de vos cellules contrôlées par des ondes des cycles biologiques

Les champs électromagnétiques, lunaires, solaires et terrestres influencent sur nos liquides corporels (sang, lymphe, eau intra et extracellulaire, liquide céphalorachidien) présents à 99 % dans toutes nos cellules.

cycles biologiques lune

Les travaux des chercheurs ont mis en lumière ces influences entre les :

  • éruptions solaires,
  • variations du champ magnétique de la Terre et
  • crises cardiaques,
  • accidents de la route,
  • naissances,
  • krachs boursiers,
  • révolutions,
  • Etc.

Il semble que des variations brusques ou soudaines de l’activité géomagnétique et solaire, ainsi que des tempêtes géomagnétiques agissent comme des facteurs de stress qui modifient les processus de régulation de ces fluides.

Conscients ou non, nous baignons au quotidien dans des champs magnétiques géants qui influencent la structure de nos liquides, rythment nos émotions et nos rythmes biologiques.

20 000 neurones coordonnent nos cycles biologiques !

Depuis le début de ce siècle, de nouvelles disciplines ont vu le jour, comme la chronobiologie. Cette science, qui étudie nos rythmes intérieurs, met en lumière le rôle d’une zone spécifique du cerveau dans l’animation de notre rythmicité biologique : le noyau supra-chiasmatique.

La journaliste scientifique Marie Borrel est l’une des spécialistes du sujet : « La plupart de nos rythmes biologiques sont coordonnés par un ensemble de cellules cérébrales qui constituent le noyau supra-chiasmatique.

C’est cette petite structure, nichée dans la partie antérieure de l’hypothalamus, qui est en charge de la synchronisation de nos fluctuations internes. Il est constitué d’environ 10 000 cellules cérébrales. Ces 20 000 neurones battent à un rythme régulier, suivant leur programmation génétique. »

Les différents cycles biologiques

Voici ceux qui sont animés par ce noyau cérébral :

  • rythmes de veille et de sommeil ;
  • cycles de naissance et de mort cellulaire ;
  • cycles de digestion et de nutrition ;
  • rythmes hormonaux ;
  • rythmes neurologiques et cérébraux ;
  • cycles thermiques.

Avez-vous connaissance de tous ces rythmes et de leur influence sur votre santé ? Savez-vous comment « danser » avec eux, pour éviter de vous épuiser si vous n’en tenez pas compte ?

Une journée avec vos hormones

cycles biologiques marins

Vos rythmes hormonaux sont synchronisés avec le temps de rotation de la Terre et l’évolution du champ magnétique terrestre qui lui est associé, soit 24 heures. Suivant les horaires nocturnes et diurnes, vous n’agissez pas de la même façon. Vous êtes en pilotage automatique, même si vous n’en êtes pas conscient.

Voici les différentes phases de ces rythmes

5 h : votre taux de mélatonine chute, votre sommeil décline, il est de moindre qualité à partir de ce moment.

7 h : vous vivez un pic de cortisol (l’hormone du stress) qui réveille votre corps et vous fait passer à l’action. Vous sécrétez également de la ghréline, qui stimule votre appétit.

9 h : vos hormones thyroïdiennes commencent à activer votre métabolisme, votre énergie, vos fonctions intellectuelles, votre circulation sanguine. Si vous devez travailler, c’est le bon moment d’activer vos neurones !

12 h : à nouveau, votre appétit est excité par une sécrétion de ghréline. Un autre pic de cortisol mobilise vos organes digestifs. Enfin, la sécrétion de leptine marque le déclin de votre appétit. Jusqu’à 14 h, c’est le meilleur moment pour déjeuner. Ensuite, votre digestion ralentit et plus de déchets et de toxines seront stockés, ce qui engendre de plus fortes probabilités de pathologies à l’avenir.

14 h : votre taux de cortisol s’effondre et arrive alors une somnolence, d’autant plus que l’intestin, qui a besoin de digérer, monopolise votre énergie. Votre cerveau se met quelques minutes en mode « pause », il est donc préférable de faire une sieste, car vous êtes très peu productif à ce moment-là.

17 h : votre corps connaît un pic d’adrénaline et de cortisol. C’est le moment où votre cerveau est reboosté ! Dans cette tranche horaire, vous êtes très efficace au niveau neurologique.

18 h : au niveau hormonal, c’est le moment idéal pour faire du sport, car vous sécrétez de la testostérone, tout en bénéficiant d’une certaine réserve de sucre pour l’énergie musculaire.

19 h : vous ressentez un « coup de pompe », une chute d’énergie. Vous avez besoin de vous allonger et de vous relaxer du fait de la chute du cortisol et de l’adrénaline. De plus, la sécrétion de sérotonine vous prépare à l’apaisement durant la soirée, puis à la nuit qui se profile. C’est un premier temps de récupération.

22 h : le désir sexuel est activé, car votre corps sécrète des œstrogènes, de la progestérone et de la testostérone. « C’est le moment de faire l’amour », disent vos hormones.

23 h : après la sérotonine, vous vivez un pic de mélatonine. Votre sommeil est facilité à son maximum.

Enfin, durant la nuit, l’élimination des liquides est ralentie. Vous avez notamment moins envie d’uriner du fait de la diminution de la vasopressine.

De même, le pic nocturne de leptine vous coupe vos envies de manger.

cycles biologiques

Les meilleurs moments pour travailler

De 9 h à 12 h et de 15 h à 18 h, car votre cortisol est au plus haut pour assurer l’activité cérébrale. Les autres temps sont des moments de pause et de détente.
Si vous respectez ces rythmes, votre activité biologique se régénère naturellement et vous bénéficiez d’une plus grande vitalité au quotidien. Vous cessez de vous épuiser pour des raisons évitables !

Comme vous pouvez le constater, nos rythmes quotidiens sont largement influencés par nos cycles hormonaux. Mais croyez-vous encore que vous décidez de votre vie ?

La Lune influence sommeil et naissances !

Vous n’êtes pas sans savoir que l’activité lunaire (et ses champs électriques et magnétiques associés) exerce une influence sur vos rythmes menstruels.

Il est commun d’entendre « J’ai mes lunes » pour parler des menstruations.

Cette activité lunaire montre également une influence sur les jours de naissance des bébés, mais également sur la qualité de notre sommeil.

Les champs lunaires influencent nos liquides corporels, comme ils le font pour les marées.

L’influence des cycles thermiques et biologiques

Nos cycles thermiques sont encore une belle illustration de l’influence des champs magnétiques terrestres et des cycles biologiques sur nos choix de vie, notre vitalité et nos états émotionnels.

cycles biologiques du temps

Selon le moment de la journée, ils varient de la manière suivante :

De 4 h à 6 h : votre température et votre énergie sont au plus bas. C’est le moment de récupérer, de vous régénérer, et non de vous mobiliser, car vous serez peu inspiré et peu performant.

6 h : votre température augmente avec le cortisol. Vous pouvez mobiliser votre énergie pour passer à l’action, votre corps y répondra.

14 h : vous subissez une baisse de température, c’est le moment voulu pour une baisse d’énergie et un creux dans vos activités quotidiennes. Inutile de prévoir des réunions de travail, des tâches mobilisant beaucoup d’activité cérébrale, car vous serez peu performant.

18 h : vous vivez de nouveau un pic de température, vos organes peuvent être mobilisés par une activité physique.

20 h : c’est le moment imposé d’un déclin de la température, c’est un temps de relaxation et de préparation au sommeil, durant lequel les battements cardiaques diminuent.

Ces cycles biologiques auront en permanence le dernier mot sur votre résistance ou sur des emplois du temps désynchronisés de vos rythmes intérieurs naturels.

Ils vous sont imposés, vous devez les accepter.

Cessez de combattre vos cycles biologiques, vous vous épuisez alors que les forces de la nature veillent sur vous. Faites confiance aux cycles biologiques.

Ces informations ont été tirées d’un article écrit par Stéphane Drouet, psychopraticien neuroquantique, conférencier international, auteur et journaliste scientifique.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.