Intelligence artificielle et bien-être au travail

Intelligence artificielle et bien-être au travail

Et si on vous disait que l’Intelligence Artificielle et le Machine Learning peuvent améliorer votre bien-être au travail ? Découvrez comment dans cet article de synthèse qui vous dit tout de même l’essentiel.

 

Bien-être au travail : la voie de l’IA de plus en plus explorée !

Le bien-être au travail est aujourd’hui au cœur du dialogue en entreprise. Dans un contexte où 54 % des salariés et 66 % des managers français se disent stressés au travail (baromètre Cegos sur le climat social des entreprises de plus de 100 salariés), il devient urgent d’agir en faveur de l’équilibre émotionnel des travailleurs pour éviter les cas de burnout, voire de dépression, surtout en cette période pandémique. Et le salut pourrait bien venir de la technologie, avec l’Intelligence Artificielle (IA) et le Machine Learning !

Les RH à l’âge de l’IA : objectif bien-être !

Le monde des Ressources Humaines a beaucoup évolué depuis le taylorisme, cela ne vous aura pas échappé. À coup de petites révolutions, nous sommes passés d’un modèle hiérarchique vertical à un mode plus horizontal, d’une perception de « salarié – outil » à celle de collaborateur engagé, du statut d’employé à celui de partenaire de la réussite de l’entreprise.

Aujourd’hui, une autre révolution est en marche, celle de l’Intelligence Artificielle et de l’apprentissage automatique (Machine Learning), qui promettent de chambouler (encore une fois) le champ des RH. Il est désormais possible de monitorer le comportement des salariés, non dans une optique « Big Brother », mais plutôt pour améliorer leur bien-être au travail et mieux cerner leurs attentes.

Techniquement, une entreprise est un champ fertile en données jusque-là inexploitées. C’est précisément à ce niveau qu’intervient l’IA.

En effet, grâce à des algorithmes intelligents, nous allons pouvoir analyser les données produites au sein de l’entreprise, ce qui va permettre au département des Ressources Humaines de prendre des décisions qui abondent dans le sens de l’amélioration de l’équilibre mental et émotionnel des collaborateurs.

De quels types de données parlons-nous au juste ? On peut les scinder en deux catégories principales, à savoir les données quantitatives et les données qualitatives : données de traitement de salaires, âge, état civil, informations sur les moyens de transport des salariés, présence ou absence au travail, lieu de résidence… En multipliant les « points données » en entreprise, les RH seront capables de déceler des tendances, d’ajuster les plans en amont grâce aux algorithmes de Machine Learning.

Anticipation et ajustement, les mots d’ordre

Il est surprenant de remarquer les changements apportés à différents aspects de notre vie grâce à l’IA. Aujourd’hui, l’Intelligence Artificielle envahit tous les domaines, jusqu’aux endroits où l’on ne s’y attend pas forcément. C’est le cas par exemple des substituts nicotiniques et notamment des cigarettes électroniques.

À ce niveau, la France est un peu en avance. On pense surtout au fabricant Enovap, qui propose des cigarettes électroniques intelligentes et connectées (en savoir plus sur la cigarette électronique « smart » Enovap).

bien-être au travail avec la cigarette électronique

Revenons au sujet qui nous intéresse : comment l’IA et le Machine Learning améliorent-ils le bien-être au travail ? Deux mots nous viennent à l’esprit en réponse à cette question : prévoir et ajuster. En termes simples, l’IA et le Machine Learning permettent le développement d’outils prédictifs dont le rôle est d’anticiper les tendances.

Concrètement, ces outils vont aider à déterminer quels seront les leviers d’une bonne politique RH, et ainsi améliorer le bien-être au travail. Concrètement, l’algorithme mis en place dans une entreprise va recueillir les données et les analyser pour prédire avec une exactitude surprenante les choix stratégiques susceptibles de plaire aux collaborateurs.

Au-delà de l’aspect bien-être au travail, l’intelligence artificielle se met aussi, et surtout, au service de la performance de l’entreprise. Par exemple, l’algorithme pourra déterminer les causes à l’origine d’un absentéisme passif (concordant avec les week-ends ou les vacances scolaires). Il ne se contente pas de révéler les origines du problème, il va aussi proposer des solutions sous forme de changements à implémenter pour renverser la tendance.

IA au travail : les Français (plutôt) sceptiques

Les Français réservent un accueil plutôt mitigé à l’IA au travail, même si cela contribue à améliorer leur bien-être en entreprise.

Ailleurs, la tendance est inversée : selon une étude réalisée par Oracle, 82 % des personnes interrogées sont d’accord pour dire que les robots peuvent mieux soutenir leur santé mentale que les humains. Aussi, 68 % préfèrent parler à un assistant virtuel plutôt qu’à leur manager lorsqu’il s’agit d’évoquer le stress au travail.

En revanche, en France, l’IA est toujours perçue comme une menace par près de 65 % des collaborateurs.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.