S'inscrire
Skype : gazou1551

Noël, fête des enfants… intérieurs

Dès le lendemain d’Halloween, les magasins s’empressent de remplir leurs étagères de jouets : il paraît que , c’est la . Ce qui les amène souvent à consommer, accumuler, exiger ; pas vraiment à s’épanouir.

Et si bien au-delà de ces quelques moments de joie (dans le meilleur des cas), on se demandait en quoi Noël, et l’Avent, peuvent nous aider à être plus Zen tous les jours, de plus en plus heureux ?C’est bien le sens du Calendrier de l’Avent auquel je participe par cet article, merci Danièle.

Cet article est écrit par Claude du blog « J’aime l’EFT« , Voici comment elle commence sa présentation sur son blog « J’ai d’abord été professeure de maths, quelques années en collège. J’ai ensuite donné  des cours particuliers pendant 5 ans : une expérience très riche, où j’ai pu m’apercevoir du lien étroit entre l’émotionnel et les difficultés d’apprentissage, et de la souffrance réelle des adolescents dits en « échec scolaire » … Pensez à donner une note à la fin de l’article

Tout d’abord, Noël a-t-il toujours été la « fête des enfants », et par extension, de la famille ?

Noël et le Solstice d’hiver ont été fêtés dans la plupart des civilisations de l’hémisphère nord. En effet, les journées rallongent à partir de cette période, qui marque la renaissance de la Lumière.

Des dizaines de « dieux (ou si on préfère, d’Archétypes) de la Lumière » sont symboliquement nés un 25 décembre, et présentent beaucoup de similitudes :

  • Jésus, bien sûr : le mot Christ signifie Lumière.
  • et, pour parler des plus connus : Agni en Inde, Zoroastre et Mithra en Perse, Quetzalcoatl au Mexique, Adonis et Prométhée, en Grèce, Thor, en Scandinavie, Tammuz en Syrie ;

et  encore :

Outre les nombreux points communs que présentent leurs biographies symboliques, ces symboles de Lumière :

  • sont nés un 25 décembre, le jour où la lumière du soleil semble renaître sur la terre.
  • Puis, après être nés, ils grandissent, normal. Jusque-là, tout le monde suit ? lol.

D’où le symbolisme de l’Enfant, de l’Enfant-Dieu, associé au jour de Noël.

Je trouve tellement magique de ressentir ce fil d’or et de Lumière qui nous réunit tous, à travers le temps et l’espace, cette vibration commune, où l’on perçoit si fort que tout est UN…

  • Oui-oui. C’est magique, merveilleux, vibrant, et tout et tout. Mais au début de l’article, il était question de bonheur, et même de bonheur au quotidien.
    La question était : « En quoi Noël, et l’Avent, peuvent nous aider à être plus heureux tous les jours ? ». Je ne vois pas en quoi les similitudes entre Jésus et Krishna vont m’aider alors que mes enfants se disputent, que je déteste mon travail, et que mes voisins sont pénibles.
  • On y arrive.

On vient de voir que Noël est la fête non pas directement des enfants, mais de l’Enfant-Dieu, de la Lumière en nous.

  • Et cette Lumière grandit, c’est ça ?
  • Pas exactement la Lumière, mais notre perception de la Lumière, donc notre Connexion à la Source, à l’Univers. La Lumière, l’Univers existent et ont toujours existé. Ce qui grandit (devrait grandir ?) chaque année, dans une spirale ascendante, c’est notre conscience de cette Lumière, de la Lumière en nous et en chacun. Nous sommes tous des Soleils derrière des nuages.

Donc Noël « relance la machine » : et hop ! Un nouveau tour dans la spirale de la Conscience.

Ce qu’on retrouve dans la symbolique du sapin :
les branches et les guirlandes montent en spirale vers l’Étoile.

L’Enfant Intérieur, et LES  enfantS  intérieurS

On parle souvent de l’Enfant Intérieur, souvent associé à notre divinité intérieure, mais quelquefois aussi aux parties blessées de nous. A cause de cette confusion fréquente, cette notion ne m’a pas beaucoup aidée.

Je préfère distinguer clairement :

  • L’Enfant Intérieur = l’Enfant-Dieu = Le Dieu en nous = notre Connexion à l’Univers = le Meilleur de nous-même = notre Sagesse Intérieure (l’expression que j’utilise le plus souvent) = notre Connexion à la Sagesse Universelle = … etc. Prenez l’expression qui vous convient le mieux.

ET

  • LES enfants intérieurs.

LES enfants intérieurs

Nous sommes multiples.

Nous sommes constitués de millions de millions de parts, correspondant chacune à des mémoires personnelles, aux mémoires de nos ancêtres, et même de l’humanité dans son ensemble. Mémoires douloureuses mais aussi mémoires joyeuses.

Quelques exemples :

  • Une part qui a 6 ans, et garde un très mauvais souvenir du jour où il est passé au tableau, parce qu’il a raté un exercice d’écriture. Quelques parts comme cela, et l’adulte risque de peiner même pour rédiger un mail.
  • La part qui, la veille ou le lendemain, a bien rigolé en récré avec ses copains.
  • Le fœtus qui capte les crises d’angoisse de sa mère.
  • Le même fœtus apaisé quand elle va mieux.
  • Le nouveau-né qui ne comprend pas pourquoi son entrée dans la vie est si brutale, et en garde un réflexe d’évitement, d’effacement.
  • Le même nouveau-né quelques minutes plus tard, dans les bras de Maman.

Toutes les parties de nous, peu importe leur âge, peuvent souvent se ramener à des réactivations d’événements de l’enfance.

Les parties blessées de nous s’opposent souvent à nos objectifs d’adulte : certains les appellent des saboteurs, des résistances, d’autres les qualifient « d’ego », et ce n’est pas un compliment ; pour beaucoup, l’ego, c’est l’ennemi à abattre.

Je préfère les considérer comme des enfants qui ont besoin d’attention et de tendresse.

Pourtant, c’est vrai, ils ne sont pas drôles tous les jours. Quand plusieurs d’entre eux hurlent à l’intérieur de nous, voilà à quoi cela ressemble :

L’Avent : apaiser quelques « enfants intérieurs », pour préparer la venue de l’Enfant-Dieu

… en fait, pour Lui laisser un peu plus la place de S’exprimer, pour nous Connecter un peu plus à notre Sagesse Intérieure.

Bien sûr, c’est tous les jours, où nous avons besoin de pratiquer cette auto-empathie, cette bienveillance envers nos enfants intérieurs.

Mais on peut choisir cette période de l’Avent pour y être particulièrement vigilant, offrant au maximum d’entre eux les plus beaux des cadeaux : l’écoute, la douceur, l’Amour, et aussi des informations que nous n’avions pas à l’époque de ces blessures, et qui les aideront à se reconnecter à l’époque actuelle (en particulier l’existence de notre Sagesse Intérieure, et aussi les outils de développement personnel que nous connaissons maintenant).

Ce seraient des cadeaux très personnalisés, adaptés à leur âge, exactement ce dont ils ont besoin : tout à fait ce qu’on imagine dans la hotte du Père Noël, autre image de notre Sagesse Intérieure, qui veille à réaliser les Rêves qui nous font vibrer.

Pour accéder au Protocole EFT : consoler vos enfants intérieurs, cliquez sur le bouton ci-dessous.

A demain !


5 commentaires
  1. Amusant cet article, merci Claude ! Et plein d’infos passionnantes ! Noël est aussi la fête de Mcdo et du Commerce, il est sage d’en avoir conscience tout en focalisant sur les belles énergies de ces instants de partage en laissant notre enfant intérieur s’exprimer librement.
    Tout est UN, oui ! Et toutes ces religions qui divisent alors que c’est la même histoire avec des noms et des mots différents. Notre monde a bien besoin d’unifier tout cela et ça ne pourra se faire qu’en s’unifiant dans le coeur 🙂

    • Bonsoir Dorian.
      Bien sûr que Noël et les religions ont perdu leur sens aux yeux de beaucoup. J’en parle dans pas mal d’autres articles. Mais une fois qu’on le sait, c’est plus important de leur redonner leur sens originel, autant que nous le pouvons, pour nous-même et ceux qui se sentent concernés.
      Amitiés.

  2. Bonjour Claude,

    L’effervescence des fêtes nous fait parfois oublier notre sagesse intérieure.
    Merci de nous ramener à l’essentiel et choyons nos enfants intérieurs (il y a beaucoup à faire) et les chérubins qui nous entourent comme tu nous y invite. Merci de nous faire découvrir tous ces « Dieux de lumière ». Vibrons ensemble d’un même cœur !

  3. Bonsoir Hélène

    Oh que oui, il y a beaucoup à faire; nous avons tellement été conditionnés à les faire taire, chez nous-même et en conséquence chez les autres … Mais ça se soigne, et c’est super que de plus en plus de gens le fassent.
    Bises.

  4. Bonjour,

    Merci pour cet article qui nous parle de Jésus. Il me semble qu’il y a de plus en plus de non-croyants et ça me surprend à chaque fois que j’apprends que quelqu’un de mon entourage est non-croyant.

    Et je pense même que l’Avent ne devrait servir qu’à ça : parler du Seigneur Jésus-Christ.

    Cordialement,

Laisser un commentaire

Afficher un lien vers mon dernier article