S'inscrire
Skype : gazou1551

L’histoire de la sophrologie par Alfonso Caycedo son fondateur

sophrologie
Il n\\\\\\\'y a pas dévalution

est le fondateur de . Il est né le 19 novembre 1932 à Bogota en Colombie. Après des études secondaires en Colombie, il se rend en Espagne et fait ses études universitaires à la Faculté de médecine de Madrid où il obtint le titre de docteur en médecine et en chirurgie. Il se spécialise ensuite en psychiatrie et en neurologie.

La vidéo de l’histoire de la sophrologie

Si vous souhaitez en savoir plus sur la sophrologie et l’expérimenter dès aujourd’hui cliquez sur le bouton ci-dessous :

Des méthodes qui ne conviennent pas à Alfonso Caycedo

Voici la transcription texte de la vidéo.

Alfonso Caycedo est interpellé par les méthodes et procédés thérapeutiques violents qu’il est parfois obligé d’utiliser dans l’exercice de sa profession. Il se tourne alors vers l’hypnose clinique et crée la Société espagnole d’Hypnose Clinique et Expérimentale à Madrid. Il se rend rapidement compte que l’hypnose ne répond pas à toutes ses attentes et il décide alors de rompre avec l’hypnose et de changer de terminologie afin de bien s’en différencier.

Il crée ainsi le terme « sophrologie » en 1960 et fonde la même année le premier département de sophrologie clinique à Madrid. La sophrologie, même si elle se confond encore avec l’hypnose, par l’utilisation de certaines techniques, s’inscrit davantage dans une approche humaniste.   Il part alors en Suisse pour travailler comme assistant de Ludwig Binswanger et est séduit par la phénoménologie.

La phénoménologie

En termes simples, la phénoménologie se base sur les cinq principes suivant :

  • le retour aux choses (ou au phénomène)
  • la suspension du jugement,
  • la mise entre parenthèses du phénomène,
  • la captation pluridimensionnelle ou l’universalité des choses (chaque phénomène est à la fois pluridimensionnel et universel),
  • l’intuition d’essence ou de sens (l’appréhension instinctive de l’existence des choses sans avoir recours à la réflexion).

Il s’agit donc là davantage d’une recherche concrète des phénomènes. On retourne donc au phénomène sans porter de jugement, on le met entre parenthèses, on supprime tous les « a priori » et l’on repart sur des bases nouvelles.

Cependant, la phénoménologie ne répondait pas à ses attentes, car il la considérait davantage comme d’une méthode de travail plutôt qu’une thérapie.

De plus, il se rend compte que de changer le nom ne suffit pas, mais qu’il faut également en changer les méthodes. D’où naît son intérêt pour la relaxation, le training autogène de Schultz ainsi que pour des techniques plus douces et plus psychologiques.

Qui est Schultz

Schultz est un médecin généraliste, mais aussi neurologue, psychiatre et psychothérapeute. Au cours de ses nombreuses recherches, sur l’hypnose, le docteur Schultz avait remarqué que les personnes sous hypnose, éprouvent presque tous, une série de sensations corporelles amenant cet état de déconnexion qu’est l’état d’hypnose.

Il a donc pensé à utiliser ces différentes sensations pour les faire ressentir à ses patients afin de les amener dans un état proche de l’hypnose. Ainsi donc est née la méthode de Schultz qui consiste simplement à faire ressentir des états tels que la lourdeur, la chaleur, etc., afin de mettre l’esprit et le corps au repos.

Cette méthode permet à chacun de s’entraîner à l’autohypnose, évitant ainsi d’avoir recours à une tierce personne. Elle permet de réduire les tensions et le stress, et donc de permettre la gestion du stress en permettant détente et relaxation, et est utilisée dans les maladies psychosomatiques, la psychothérapie, mais aussi par la médecine du sport.

La méthode de Schultz mélangée à la phénoménologie

Cette méthode est décomposée en cinq phases : pesanteur, chaleur, organique, cœur et respiration.

Alfonso Caycedo part ensuite en orient afin d’étudier les états de conscience transcendantaux des mystiques chinois indiens, tibétains et japonais.

Avant son départ en Orient, il avait été séduit par la phénoménologie. Dès son retour en Europe, il adapte donc la phénoménologie en y intégrant les techniques apprises en Orient. Il crée ainsi sa propre approche de la sophrologie fondée sur :

  • le retour au phénomène,
  • la suspension du jugement,
  • la mise entre parenthèses du phénomène,
  • l’étude de l’historicité et de la réalité du phénomène lui-même
  • la vérification systématique.

Ainsi, Caycedo va revenir au phénomène lui-même et l’étudier d’une façon systématique dans toutes ces dimensions : il prend en compte la physiologie, la philosophie, la personnalité du sujet et de tous les facteurs susceptibles d’influer sur le phénomène.

En ce qui concerne la relation existante entre le sophroniseur et le sophronisé, Caycedo parle « d’alliance » et non plus de « transfert » (comme c’est le cas en psychologie).

Un autre changement instauré par Alfonso Caycedo se situe à l’issue de la séance de sophrologie, il utilise le terme de « désophronisation » plutôt que d’éveil ou de reprise musculaire.

La sophrologie n’accepte en son sein que les théories dont elle a pu prouver la véracité.

Pour Caycedo, la conscience est une notion très importante.   Il a d’ailleurs dit de la conscience qu’elle est « la force qui permet l’intégration de tous les éléments psychologiques et physiques de la personne humaine, c’est-à-dire, la force qui l’anime. ».

Il dira d’ailleurs aussi que « le corps est la représentation de la conscience ».   Il propose donc, comme base de départ, une étude nouvelle de la conscience en états et en niveaux.   Les aspects qualitatifs de la conscience sont désignés par les « états » et les aspects quantitatifs par les « niveaux ».

  • Trois états : ordinaire, pathologique et sophronique.
  • Trois niveaux : veille, niveau sophro-liminal et sommeil

La méthode Caycédo compte trois cycles de quatre étapes évolutives et elle permet à tout un chacun de découvrir, conquérir et transformer sa manière d’être présent à soi, au monde et à son existence pleine de valeurs universelles et personnelles, où la valeur de l’humain et de la vie prime sur les valeurs éducatives et sociétales basées souvent sur des idéologies et des jugements de valeur.

Si vous souhaitez en savoir plus sur la sophrologie et l’expérimenter dès aujourd’hui cliquez sur le bouton ci-dessous :


Laisser un commentaire

Afficher un lien vers mon dernier article