S'inscrire
Skype : gazou1551

Les habitudes sont comme les papiers : à trier

les habitudes

sont comme les papiers : à régulièrement. Au fil du temps, certaines habitudes se sont installées à notre insu. Pour les bonnes habitudes, personne ne s’en plaindra. Mais si nous n’y faisons pas attention, des dérives peuvent s’installer. L’habitude de la procrastination, de remettre au lendemain, de se jeter sur les sucreries… Vous avez chacun votre catalogue attitré.

Cet article est écrit par Hélène du blog « Dimension Phénix« , Voici comment elle commence sa présentation sur son blog « Il était une fois…une gamine au caractère bien trempé avec un début de vie difficile : la haine persistante de sa marâtre l’a empoisonnée durant des années. »Pensez à donner une note à la fin de l’article

Nous aspirons tous à une vie meilleure et voudrions enrichir notre catalogue de bonnes habitudes de vie et mettre au panier celles qui nous desservent. Un bon coup de balai va vous aider à vous sentir mieux.

Les habitudes existent depuis que l’homme existe

Ce conte bouddhiste en est la preuve :

Le chat et l’ashram

Dans un ashram (sorte de communauté en Inde), le gourou aimait beaucoup son chat.

Mais il se promenait pendant l’office et perturbait le recueillement des fidèles.

Le gourou demanda qu’on attache son chat pendant l’office du soir, ce qui fut fait.

Des années plus tard, le gourou mourut et on continua d’attacher le chat.

Le chat mourut et on trouva un autre chat qui fut fidèlement attaché pendant l’office du soir.

Cela continua pendant des siècles.

Des traités très sérieux existent dans cet ashram sur la nécessité d’attacher un chat pour le bon déroulement de l’office du soir !

Combien de « chats attachés », avons-nous ainsi dans nos vies ?

Mais qu’est-ce une habitude, cette drôle de bestiole ?

Les habitudes sont des actes répétés que nous conservons de manière stable tant que nous ne cherchons pas à en changer. Les habitudes se mettent en place dès notre naissance. Ce qui permet à chacun d’automatiser un comportement en fonction du milieu dans lequel il se trouve. Avec le temps, les habitudes doivent être triées, tout comme les papiers. En effet, les années s’écoulent, nos attitudes changent et nos habitudes aussi. Ils nous arrivent de laisser s’installer quelques intrus.

Comment se créent les habitudes ? C’est l’association d’une stimulation et d’une réponse de telle sorte que celle-ci reparait de manière régulière en présence de celle-là. N’oublions pas que l’être humain est doté d’intelligence et que celui-ci sait parfaitement s’adapter en fonction des situations rencontrées, même les pires.

Les habitudes de nos existences sont multiples et peuvent se classer comme suit (source RIPPH pour le classement) :

Les habitudes d’activités courantes

  • Communications
  • Déplacements
  • Nutrition
  • Condition corporelle
  • Soins personnels
  • Habitation

Les habitudes des rôles sociaux

  • Responsabilités
  • Relations interpersonnelles
  • Vie communautaire
  • Éducation
  • Travail
  • Loisirs

Nous n’allons pas tous passer toutes ses habitudes en revue, ce serait trop fastidieux.

De façon générale, les habitudes ont chacune plusieurs facettes en fonction de nos parcours de vie, de nos multiples expériences heureuses ou moins heureuses, de nos convictions… Nous sommes tous pétris d’habitudes, bonnes ou mauvaises. Comment faire le tri ? Les habitudes que nous avons acquises au fil de nos expériences pour nous faciliter la vie au quotidien sont à garder. La marche, conduire une automobile, lire, parler… sont des habitudes devenues automatiques (apprentissage).

Voici un très beau texte de René Sully-Prudhomme : L’habitude

L’habitude est une étrangère  qui supplante en nous la raison :

C’est une ancienne ménagère qui s’installe dans la maison.

Elle est discrète, humble, fidèle, familière avec tous les coins ;

On ne s’occupe pas d’elle, car elle a d’invisibles soins :

Elle conduit les pieds de l’homme sur le chemin qu’il eût choisi,

Connaît son but sans qu’il le nomme, et lui dit tout bas : « Par ici ».

Travaillant pour nous en silence, d’un geste sûr, toujours pareil,

Elle a l’œil de la vigilance, les lèvres douces du sommeil.

Mais imprudent qui s’abandonne à son joug une fois porté !

Cette vieille au pas monotone endort la jeune liberté ;

Et tous ceux que sa force obscure a gagnés insensiblement

Sont des hommes par la figue des choses par le mouvement. René Sully-Prudhomme

Habitudes chéries, dois-je alors vous abandonner ?

On ne se débarrasse pas d’une habitude en la flanquant par la fenêtre ; il faut lui faire descendre l’escalier marche par marche. Mark Twain

Parlons maintenant de nos multiples habitudes, bonnes ou mauvaises, ayant une influence sur nos conditions de vie et celles des autres. Et oui, nous formons un tout indissociable. Nos actes, paroles, gestes ont une répercussion sur autrui, à laquelle nous ne pensons pas toujours.

Nos habitudes ont diverses facettes. Négatives : exécrables, pénibles, usantes, nuisibles, risibles, méchantes, cruelles, rebelles, malignes, stériles. Ou positives : belles, intelligentes, saines, constructives, enrichissantes, drôles, agréables, pleine de gratitude.

Une petite chanson sur les habitudes ?

Comment discerner si vos habitudes entrent dans telle ou telle catégorie de facettes ?  Un plan d’action s’impose pour mettre de l’ordre dans tout cela.

Allez courage, les habitudes ont la peau dure, mais…

Choisir toujours le chemin qui semble le meilleur même s’il parait plus difficile : l’habitude le rendra bientôt agréable. Pythagore

Voici une histoire illustrant à merveille que les habitudes ne sont pas si faciles à déloger. Nous aimons tellement nos petits travers. Mais avec de la volonté et de la persévérance, tout devient heureusement possible.

 Résolution – Jeanne Signard

« J’aimerais tellement changer. J’ai beau prendre des résolutions, rien n’y fait ! Pendant quelques semaines c’est l’euphorie, et puis je retombe dans mes vieilles ornières ! »

— Écoute alors cette histoire :

Un jour, je marche dans une rue,

Il y a un grand trou dans le trottoir.

Je ne vois pas le trou, je tombe dedans.

Je suis perdu, impuissant, à cause du cantonnier négligent, de la signalisation insuffisante, du réverbère défectueux…

Il me faudra une éternité pour en sortir.

Le jour suivant, je marche dans la même rue.

Il y a toujours ce grand trou dans le trottoir.

Je sais qu’il est là, cette fois je vais l’éviter !

… Pourtant, je retombe dedans…

À cause de ce passant qui m’a distrait en me saluant

Il me faudra encore longtemps pour en sortir.

Plus tard encore, je marche dans la même rue.

… toujours ce trou dans le trottoir.

Je le vois bien, je fais très attention, mais je tombe quand même dedans !

Ah ! la force de l’habitude ! La difficulté de l’écart !

Les autres, eux, ne tombent pas dans le trou !

Mes yeux sont ouverts, je sais qui je suis.

C’est donc bien de ma faute. J’en sors immédiatement. 

Un autre jour, je marche dans la même rue.

Je vois le grand trou dans le trottoir,

Alors… je change de trottoir !

Ne nous décourageons pas !

Il faut du temps, des chutes et des rechutes des plaintes et des doléances répétées avant que nous vienne l’idée de changer de trottoir !

Encore faut-il dominer la peur de traverser et croire, confiant, que tous les trottoirs ne sont pas défoncés !

Reste à écrire une autre histoire !

Celle des inévitables trous de mémoire,

Présents sur tous les trottoirs !

Quelques outils pour mettre de l’ordre dans vos habitudes

C’est comme un ménage de printemps. Vous allez vous débarrasser de ce qui plombe votre existence pour faire de la place à ce qui va enrichir votre quotidien. Prêt ?

  1. Cahier et crayons sont à l’honneur
  2. Du temps disponible et votre dynamisme
  3. Lister toutes vos habitudes sur deux colonnes, une pour les enrichissantes, une pour les nuisibles. Aidez-vous des habitudes des activités courantes et rôles sociaux listées plus haut.
  4. Maintenant, observez attentivement la colonne des habitudes enrichissantes. N’est-ce pas merveilleux sur ce que vous êtes capable de faire pour vous et les autres ? Ayez de la gratitude envers vous-même.
  5. Pour la colonne des habitudes néfastes, relisez le texte de Jeanne Signard ci-dessus. Vous n’êtes pas seul à retomber dans vos travers et rien ne sert de se culpabiliser. Soyez indulgent et compatissant envers vous-même.
  6. Établissez un plan d’action réaliste pour éradiquer vos travers. Un pas, une action à la fois. Mieux vaut avancer doucement, mais surement. Combien de résolutions de début d’année sont parties en fumée ? N’oubliez pas, un escalier se gravit ou se descend marche par marche.
  7. Sachez-vous féliciter et vous récompenser dès que vous avez gravi une marche. Cela vous encouragera pour continuer le ménage dans vos habitudes.

Sème un acte, tu récolteras une habitude ; sème une habitude, t récolteras un caractère ; sème un caractère, tu récolteras une destinée. Dalaï-Lama

Conclusion : un dernier conseil pour soigner ses habitudes

Appelle une bonne habitude pour en chasser une mauvaise, mais appelle-la deux fois. Anne Barratin

Ceci pour rappeler qu’il est plus difficile de se défaire d’une mauvaise habitude, elles ont la peau dure, que d’installer une bonne habitude.

On prend l’habitude du courage comme toute autre habitude. Félicité de Genlis

Méditez sur ces citations et beaux textes. Que votre subconscient s’en imprègne. Faites-vous confiance. Si vraiment, vous voulez améliorer vos habitudes de vie, vous allez spontanément vous mettre en route avec courage et détermination. Et que vos nouvelles habitudes deviennent votre sucrerie préférée.

Et ne dit-on pas que « Le bonheur est une habitude à cultiver ». Anonyme

Pensez à donner une note à cet article
4.7 (93.33%) 6 votes

Les articles déjà parus pour le calendrier de l’avent :

Les Avantages d’écouter « Dame Intuition »

Bien-être psychique et inconditionnel : Mode d’emploi

L’amour le plus grand des pouvoirs et le plus beau cadeau

A demain !


7 commentaires
  1. Bonjour Hélène,
    Merci pour ces précieux conseils et ce partage de textes très inspirants.
    J’ai souvent plus de facilité à faire le tri de mes papiers que de mes habitudes. Je crois que je vais devoir faire mes listes pour être certaine de ne pas passer à côté de celles qui sont le plus ancrées, dans mes habitudes…
    Belle et douce journée
    Katibel

  2. Bonjour Danièle,

    C’est vrai, trier ses papiers est plus facile que de trier ses habitudes.
    J’avais pour habitude de garder des habits que je ne mettais plus depuis des lustres. Et bien voilà, j’ai enfin trié ! Il faut bien donner l’exemple.
    C’est une bonne habitude que de se remettre en question de temps en temps.
    Que tes listes ne soient pas trop longues… 🙂 au risque que de transformer tes listes en habitude 🙂 (je plaisante)

  3. Coucou Hélène

    J’adore l’histoire du chat, que je connaissais déjà : tout est dit dans la manière dont se fabriquent des rituels collectifs, qui deviennent rapidement des Sacro-Saints Rituels Très Sacrés, très pesants pour tout le monde.

    Super idée, tes deux listes, et bien aussi de préciser qu’elles ne doivent pas être trop longues : si, celle des bonnes habitudes, qu’on peut garder et rallonger au fur et à mesure.

    Merci pour ton article, bises.

    • Bonsoir Claude,

      Le monde est petit puisque je te retrouve ici chez Danièle.
      C’est vrai, l’histoire du chat montre comment les modes se mettent en place ! Sachons garder notre libre arbitre et prenons du recul pour tout ce qu’on nous propose dans les médias par exemple. L’habitude est vite prise de se laisser influencer. Donc méfiance sur les habitudes (les mauvaises) qui nous envahissent à notre insu !
      Au plaisir Claude 🙂 !

  4. Bonjour Hélène

    Ah ces fichues habitudes qui font tellement partie de notre vie qu’elles sont bien difficiles à laisser de côte. Quelqu’un a dit « l’habitude est une seconde nature » pas notre vraie nature mais un semblant de nature. Il y a des habitudes qui sont positives comme celle enseignée par ma chère maman qui me disait toujours de remettre les choses à leur place et ça ma barbait prodigieusement aujourd’hui je la remercie car avec tous les docs que nous recevons il vaut mieux être organisé. Les habitudes préservent de l’aventure et du changement aujourd’hui font tellement peur et il faut un certain courage « pour trier nos papiers » cependant s’y mettre est essentiel pour progresser

  5. Bonjour Sylviane,

    Oui, certaines bonnes habitudes acquises quand on était plus jeunes, nous rendent de grands services dans vie d’adultes.
    Aventure et changement : mais c’est nécessaire dans une vie ! C’est la qu’intervient le courage de changer ses habitudes pour mettre du piment dans nos existences et s’ouvrir à d’autres possibles plus épanouissant que notre routine.
    Merci de ta visite chère Sylviane.

  6. Bonjour,

    Les habitudes se mettent en place entre la naissance et l’âge de 12 ans et elles font partie de la foutue zone de confort qui, par définition, n’est pas une zone de confort, mais une zone d’habitudes.

    Et la procrastination fait aussi partie de la zone de confort. Je jette le blâme à la personne qui a créé l’expression zone de confort au lieu de «zone sortez de là si vous voulez avancer»!

    Je n’en dirai pas plus, car mon commentaire pourrait être un article au complet.

    Cordialement,

Laisser un commentaire

Afficher un lien vers mon dernier article