S'inscrire
Skype : gazou1551

Comment lutter contre les pensées obsessionnelles

lutter contre les pensées obsessionnelles

lorsque l’on est dans le mal-être ou la dépression est compliqué.

La première chose que votre médecin fera lorsque vous lui en parlerez sera de vous donner des antidépresseurs ou des médicaments contre l’anxiété.

Je le sais, car je suis passé par là…


Quand lutter contre les pensées obsessionnelles obsède !

Je ne sais pas comment vous réagissez face à ce genre de situation. Ce que je vais vous raconter ne concerne que moi, c’est mon histoire.

Lorsque l’on est dépressif, on a parfois des moments de lucidité.

Dans ces moments-là, on est obsédé par la façon de lutter contre les pensées obsessionnelles. On a conscience de l’importance que prennent ces pensées et de leur effet néfaste, toutefois on ne réussit pas à faire quoi que ce soit.

Pour moi, les pensées obsessionnelles tournaient autour de « je ne suis pas à la hauteur, je ne réussirais jamais rien de bien », etc…

Avez-vous les mêmes ?

Comment je suis « tombée » en dépression

Au départ, je n’ai aucune prédisposition pour être dépressive. Je suis d’un tempérament optimiste, volontaire, déterminée, persévérante, etc…

Et pourtant…

Nous venions de faire l’acquisition d’une maison, en parallèle j’avais changé de travail pour un job avec plus de responsabilités. Mes 2 fils adolescents ne posaient pas de problème particulier.

Donc tout allait bien, en apparence.

C’est un concours de circonstances, une accumulation de circonstances qui ont eu raison de ma joie de vivre.

Dans mon nouveau job, je faisais partie de l’encadrement (j’avais passé un concours que j’avais réussi avec succès). Dans le centre où j’étais, il y avait 10 cadres autour du directeur, dont 3 femmes.

Le directeur était charmant, mais il a pris sa retraite et c’est un jeune énarque qui est arrivé là pour se faire les dents.

Sans doute avait-il eu maille à partir avec les femmes, car il avait décidé qu’il ne voulait pas de femmes dans l’encadrement.

À partir de ce moment, la vie au travail pour nous 3 (les femmes) devenait un enfer. Je n’entrerais pas dans les détails, mais il faisait effectivement comme si nous ne faisions pas partie de l’encadrement et nous avions les dernières nouvelles par les syndicats.

Après quelques semaines, mes 2 collègues, l’une après l’autre ont demandé et obtenu une mutation dans un autre centre.

Moi, le vilain petit canard qui n’en fait qu’à sa tête, je résistais.

En parallèle, mon mari acceptait assez mal ma position de cadre dans l’entreprise dont il faisait aussi partie en tant qu’employé. Il avait décidé que mon poste était plus reposant que le sien et que toutes les tâches de la maison me revenaient.

Bonjour l’ambiance à la maison.

Heureusement mes fils étaient égaux à eux même.

Bref cette période qui aurait pu être idyllique s’est avérée très inconfortable pour moi et petit à petit je suis « tombée » en dépression. Car pour moi c’est une chute !

Ce qui est intéressant est de savoir comment j’ai réussi à me sortir de ce mauvais pas, après 4 mois de déprime.

Apprendre à lutter contre les pensées obsessionnelles

Mon médecin m’avait donné des antidépresseurs sans rien m’en informer, sans doute savait-il que je n’accepterais ces médicaments. Je continuais de travailler et cela n’a pas duré, car j’ai été prise de malaises à plusieurs reprises au bureau. L’hyper ou l’hypotension ont les mêmes symptômes, moi c’était l’hypertension qui montait dangereusement au-dessus de 20.

Mon médecin m’a alors donné un arrêt de travail contre mon gré.

Outre mes malaises au bureau, j’avais des symptômes assez courants comme :

  • Des difficultés à m’endormir à cause de pensées morbides
  • Des maux de tête
  • Aucune envie de voir du monde
  • Pleurant à la moindre occasion
  • Etc.

Moi qui étais habituellement très active, je me retrouvais enfermée chez moi. En même temps, je ne voulais voir personne. C’est contradictoire, c’est une des caractéristiques de la dépression, ne pas savoir ce que l’on veut et où l’on en est.

Le casque à fond sur les oreilles, je ne faisais rien, je m’isolais un peu plus de ce monde que je n’acceptais plus.

Un jour un ami m’a rendu visite. C’est rare une personne qui rend visite à un dépressif, généralement les gens fuient.

Lui pas, et j’ai passé plus de 3 heures à parler avec lui.

Il a réussi à me faire accepter, que j’étais dépressive et que je ne devais pas rester comme ça sous l’emprise des médicaments qui me faisaient ressembler à un zombie. Il m’a fait prendre conscience que si j’étais dans cet état dépressif, c’était de ma faute. Pas facile à accepter même si c’est une réalité.

Il m’a aussi conseillé, pour me faire aider, d’aller voir un hypnotiseur.

Après quelques jours de réflexion, je me suis décidée à appeler l’hypnotiseur dont mon ami m’avait donné la carte.

À l’époque, pas d’Internet, pas de programme en ligne en MP3 qui permettent l’autohypnose. Il faut se déplacer et ce n’était vraiment pas facile.

Toujours est-il, après 3 séances, oublié les médicaments qui m’abrutissaient, les vertiges, les nuits de mauvais sommeil, etc…, j’étais à nouveau moi-même et j’ai pu reprendre une vie normale.

Pour certaines personnes moins réceptives à l’hypnose, des séances supplémentaires sont nécessaires. Pour moi, il n’y a pas photo, c’est bien mieux que des médicaments aux effets secondaires qui aggravent l’état d’abrutissement.

Si vous prenez des médicaments, n’arrêtez pas du jour au lendemain, ça ne serait pas raisonnable.

À vous de lutter contre les pensées obsessionnelles

Lutter contre les pensées obsessionnelles n’est pas simple, puis qu’elles sont une des causes de la dépression.

Et puis, tout le monde n’a pas la chance d’avoir un ami qui vous comprend et vous aide. Il faut réussir à s’aider soi-même durant les moments de lucidité.

Aujourd’hui c’est bien plus aisé avec Internet. On trouve des programmes d’autohypnose en ligne qui permettent de lutter contre les pensées obsessionnelles efficacement.

Il faut juste ne pas se tromper de programme.

J’ai cherché pour vous aider le programme idéal et j’ai trouvé.

Vous pouvez le découvrir en cliquant sur le bouton ci-dessous.

En bonus, je vous réserve quelques surprises pour vous aider. Prenez-vous en main maintenant, c’est la meilleure chose que vous puissiez faire.


Laisser un commentaire

Afficher un lien vers mon dernier article